Derniers commentaires

  • maurgani commentaire sur Dire "noui"
    "Merci de tes commentaires; ils sont très appréciés......"
  • aubellesannes commentaire sur Dire "noui"
    "Une proverbe qui dit faut apprendre à dire non mais pas facile faire dans quelque circonstances dire..."
  • aubellesannes commentaire sur À ma femme aimée
    "Woowwww ses super beau une autre facette de toi que je savais pas hihihi..."
  • carolina commentaire sur Un ange blessé
    "allo, mon ami de toujours ta poésie est excellente ,et me touche dans le fond de mon coeur ,comme t..."

Articles récents

Présentation mon blog

  •  

Notes musique

 

Une note de guitare ; un mélodieux son si beau ;
Une mélodie divine, aux allures accomplies,
La musique me rappelle à la colline aux chemineaux,
Et mon cœur me guide, là où jamais on n’oubli.
Complainte assurée, cet instrument murmure :
Pas d’autres alternatives, que mes larmes sur ces notes.
Les souvenirs apparaissent, implacables et sans armure.
Laissant revivre l’image astrale, d’un coeur zélote.
La mélodie en mineure me chavire et poursuit sa voie ;
Elle m’emmène loin d’ici, dans des méandres.
Le passé réapparaît, dans mon être en désarroi ;
Comme devant les abysses, sans loi et ambres.
Le passé, ce joint à moi, à chaque note plus soutenue,
Je suffoque dans cette trappe ; la musique s’effrite.
Mes pleurs coulent encore ; trop d’émotions retenues,
Et, La tristesse atteint son paroxysme. La musique s’édite.
Quelques mesures, vibrantes de notes et de silences auront suffi,
À ce que la guitare me chuchote, les souffrances d’une vie.
CB aswordsig1.gif

peroses1.bmp 

Chevalier de la Roseaswordsig4.gif

laisserdescoms.gif

(J’ai ton attention: laisse un commentatire dans le module commentaires… Merci)

***Dans l’album photos, presse sur la principale de la catégorie et tu verras les autres***


Instabilité tu me tues

  1.  Vent et mer

En ce jours de pluie, je me sens transporté,

Parti dans un monde où la marée et le vent,

Se disputent la place, sans pourtant négocier.

J’avoue que c’est un tournoi de géant.

 

Autant le déplacement que le calme soudain,

me renvoie dans un monde surnaturel;

Complétant un rituel de sens souvent indien.

Où l’humain ne devient qu’un parallèle.

 

Souviens-toi de ce désir voulu et intrinsèque,

Lové au sein d’un cercle où s’affronte le néant.

Où tu as levé la main afin de crier sur l’entrefaite :

Non aux molécules instables! Cessez ce harassement.

 

Ce soir, la tempête s’effritera comme apparue;

Elle disparaîtra dans les méandres de la nuit.

Et à nouveau la tyrannie implacable vécu revivra,

Dans ce monde insolite où la diversion prendra vie.

C de  R      Rose

 

 

 

 

 

Articles plus anciens

La femme

Nouveau- Québec solidaire

J’ai mal

À ma femme aimée

La naissance d’une Rose

Sans rancune

Dire « noui »

Musique

Cancer quand tu me tiens…

sosoceleste |
Le Libre Air |
wackgilles |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Roman d'Emmanuel Crozet
| roleplay
| itinéraire d'un amoureux